Économie
Numérique

Guide des écosystèmes numériques mondiaux – Zoom sur 5 bonnes pratiques

Numérique Mondiale 05

    Après 180 jours de mission et 21 pays visités, le Medef vous présente le "Guide des écosystèmes numériques mondiaux", qui rassemble les principales conclusions de la mission Digital Disruption Lab.

    Kenya : l'innovation inversée pour répondre aux besoins fondamentaux de la population

    Focus : FarmDrive
    À base de données géographiques, biologiques et d’imageries satellites, FarmDrive a développé un modèle d’analyse du risque de l’activité des petits agriculteurs. L’objectif est de leur ouvrir les portes des institutions financières. 65% des habitants du continent vivent de l’agriculture. Lorsqu’ils auront accès au crédit, ils pourront acheter des intrants, faire des investissements et s’ouvrir les portes de nouveaux marchés

    À la clé, une croissance économique source de réduction de la pauvreté, de la faim et des inégalités. Farm Drive a été lancé en 2015 par Kita Kimani et Peris Bosire et compte 3 000 membres.
    Plus de 125 000 euros de prêts ont déjà été facilités par l’application, qui a remporté le Digital Africa Startup Challenge 2017 organisé par l’AFD et BpiFrance.

    Jordanie : le numérique comme facteur d'inclusion économique et sociale

    Focus : La Queen Rania Foundation et la plateforme Edraak
    La Queen Rania Foundation (QRF) a été fondée en 2013 par la Reine Rania Al Abdullah, dans l’objectif d’offrir plus d’opportunités aux jeunes Jordaniens afin d’améliorer leurs savoirs et compétences et de trouver plus facilement un emploi. La QRF est un incubateur de nouvelles idées et d’initiatives innovantes autour de l’éducation. 

    Edraak est l’organe de la QRF chargé des portails de cours en ligne (MOOC). Son activité est en plein développement, avec 600 000 apprenants (de 1000 à 2000 nouveaux apprenants par jour).
    La plateforme - fruit d’un partenariat entre la QRF et la plateforme ouverte edX mise en place le MIT et Harvard - confirme l’ère des MOOC arabophones. 

    Le projet a pour ambition de relever les défis auxquels font face les jeunes du monde arabe et parmi lesquels figurent : la piètre qualité de l’éducation, le décalage entre les compétences des diplômés et les attentes des employeurs, le nombre limité de publications scientifiques dans la région ainsi que la rareté des exports dans le domaine des technologies de pointe.

    Colombie : l'innovation urbaine au service des populations et des territoires vulnérables

    Focus : Ruta N
    Ruta N est une structure emblématique de Medellin, publique-privée qui assure la transformation digitale de la ville. L’objectif est de transformer l’économie et la culture de la ville en offrant des services aussi bien aux étudiants, qu’au grand public ou aux entrepreneurs. Elle propose ainsi de la formation, un centre d’affaires, une expertise IT ainsi qu’un incubateur et un accélérateur de start-up. Elle a surtout constitué un réseau de structures partenaires au niveau local, national et international qui l’aident à développer ses projets, que ce soit en termes de coaching, de financement ou d’accélération. 

    La structure dispose également d’un fonds d’investissement de 10 millions de dollars – Ruta N Capital - qui investit principalement en seed capital sous forme d’avances remboursables, d’equity ou de subventions, mais avec une approche extrêmement sociale. Ruta N accompagne actuellement 160 start-up, et vient de lancer une plateforme appelée Mi Medellin qui doit permettre aux citoyens d’accéder à tous types de services mais également à des données ouvertes qu’ils peuvent utiliser pour créer leurs propres services.

    Grâce à son action Ruta N a permis la création de plus de 3000 emplois depuis 2012.

    Finlande : l'innovation bottom-up au service des citoyens

    Focus : Helsinki, le concept de « City-as-a-Plateforme »
    L’objectif du maire de la ville est aujourd’hui de faire d’Helsinki une Plateforme-as-a-Service. Ce concept repose sur un processus en 5 étapes : 

    • Organisation de réunions régulières par quartier dans le cadre du « Helsinki Living Lab » associant citoyens, universités, start-up, industriels, commerçants, instituteurs, fonctionnaires… permettant d’identifier des besoins par thématiques (commerce, éducation, santé, mobilité, sécurité…).
    • Élaboration d’un cahier des charges et mise en ligne d’un appel à projet sur le site de la ville.
    • Sélection des meilleurs projets et mise à disposition des start-up retenues des infrastructures (réseau 5G, fibre, Cloud, bâtiments et équipements, rues, parking, transports publics…) et des données nécessaires à la réalisation du produit ou du service.
    • Mise en place de tests en environnement réel des produits ou des services réalisés. 
    • Déploiement et adaptation de l’environnement législatif et réglementaire si nécessaire.

    Philippines : le numérique au service du développement humain et du bien commun

    Focus : Ambisyon Natin 2040 : matatag, maginhawa at panatag na buhay (en 2040, les Philippins jouissent d’une vie fortement enracinée, confortable et sécurisée). 
    AmBisyon Natin 2040 représente la vision collective de long terme et les aspirations du peuple philippin pour leur pays pendant les 25 prochaines années. 

    Cette vision se définit autour de trois grands principes :

    • matatag : les Philippins sont fortement enracinés. Valeurs : une famille unie, avoir le temps de voir ses amis, équilibre vie privéevie professionnelle, bénévolat ;
    • maginhawa : les Philippins vivent confortablement. Valeurs : moins de faim et de pauvreté, avoir accès à la propriété immobilière et à de bonnes infrastructures de transport, pouvoir voyager et prendre des vacances ;
    • panatag : les Philippins se sentent en sécurité. Valeurs : avoir assez de ressources financières pour les besoins quotidiens, les dépenses imprévues et l’épargne ; être en paix et en sécurité, vivre longtemps et en bonne santé, avoir accès à une retraite confortable. 

    L’objectif est que d’ici 2040 les Philippines soient une société de classe moyenne, où personne ne sera pauvre. Pendant les 25 prochaines années, le revenu par habitant devra être multiplié par trois mais, surtout, la qualité de vie des Philippins devra s’améliorer. Un des moyens pour atteindre cet objectif est d’avoir des entreprises compétitives qui offrent des biens et services de qualité, à des prix abordables.  Le gouvernement doit donc encourager les investissements dans les secteurs d’avenir.