L’enjeu de l’efficacité de notre sphère publique et des entreprises est essentiel pour consolider la compétitivité de l’économie française. Aujourd’hui, et encore plus demain, le développement d’une culture partagée de l’excellence et de la performance est déterminant pour l’amélioration de la qualité des services publics au profit des Français. Il s’avère être aussi un atout clé dans la compétition internationale. Au cœur de cette démarche, les enjeux humains et l’épanouissement des femmes et des hommes qui font l’action publique sont absolument déterminants.

La baisse de la dépense publique est désormais la « mère de toutes les batailles » si on veut redresser notre pays et retrouver de la croissance. Cette réforme indispensable ne doit pas être menée dans une logique de « coup de rabot » aveugle, mais elle passe par l’amélioration de l’efficacité de la sphère publique. C’est un enjeu essentiel pour consolider la compétitivité de l’économie française tout en sauvegardant la qualité de notre système social.

La France a longtemps bénéficié d’une excellente réputation de ses infrastructures de réseaux (transports, énergie, eau et assainissement, communications) et des services associés, mais sa position relative est en train de se dégrader.

Le Medef salue le rapport des sénateurs Martial Bourquin et Philippe Bonnecarrère intitulé « Passer de la défiance à la confiance : pour une commande publique plus favorable aux PME ». Leurs propositions rejoignent les préconisations du Medef visant à améliorer l’accès des TPE et des PME aux marchés publics. Il s’agit d’un enjeu déterminant pour le dynamisme de notre tissu entrepreneurial.

Le PLFSS présenté aujourd’hui en conseil des  ministres ne remplit pas les objectifs de réformes structurelles et de baisse des dépenses pourtant indispensables et urgentes pour sauvegarder notre modèle social et redonner de la compétitivité à nos entreprises.

Le MEDEF a présenté aujourd’hui lors d’une conférence de presse le résultat d’un travail de réflexion sur les moyens de réduire la dépense publique, et sur les axes d'une refondation fiscale en France pour favoriser la compétitivité, l'investissement et l'emploi. Ce travail part d’un constat : l’inversion de la courbe du chômage ne sera possible que si la France retrouve une croissance dynamique et durable de ses entreprises.

A l’occasion des 8èmes Rencontres des acteurs publics organisées pendant 3 jours au CESE (Conseil économique, social et environnemnental), le Medef a rappelé que la consolidation structurelle de nos comptes publics ne sera possible qu’à la condition d’optimiser et de réduire la dépense publique.

La révolution numérique est en marche. Elle bouleversera profondément les modes d’organisation et de production dans les sphères privée et publique, et permettra de redéfinir leurs contours. Le défi à relever est de "réussir" à faire du numérique un véritable outil de modernisation et de développement de la performance pour apporter des réponses rapides, adaptées, efficaces et de qualité aux besoins de la société et des clients-usagers. Le numérique doit aussi permettre de "faire mieux avec moins".