« Les députés ont entendu le message envoyé depuis 48 heures par les Medef territoriaux et les fédérations professionnelles. Nous en sommes heureux pour nos TPE, PME et PMI. Nous voulons aussi dire aux élus que nous soutenons le basculement d’une partie de la nouvelle contribution sur la valeur ajoutée des entreprises au bénéfice des communes et de l’intercommunalité. Cette réforme de la taxe professionnelle peut marquer un tournant majeur pour la compétitivité de l’économie française. Entre tous les acteurs concernés, elle sera gagnante-gagnante ou elle ne sera pas », déclare Laurence Parisot, Présidente du Medef.

Le Medef apprend avec consternation l’adoption ce jour par la Commission des Finances de l’Assemblée nationale d’un amendement au projet de réforme de la taxe professionnelle qui augmenterait considérablement la taxation de dizaines de milliers de PME et PMI en France.

Alors que l’examen du projet de loi de finances pour 2010 a débuté au Parlement, le Medef souligne l’importance primordiale de la réforme de la taxe professionnelle pour l’économie française. Pour Laurence Parisot, Présidente du Medef, « une réforme réussie de la taxe professionnelle serait un tournant majeur pour l’attractivité du territoire et un atout décisif pour construire une croissance solide au moment où nous travaillons tous à la sortie de crise ».

La situation économique exceptionnelle à laquelle notre pays est confronté explique largement le niveau également exceptionnel des déficits publics 2009 et 2010. Pour Laurence Parisot, présidente du Medef, « un taux d’endettement de 84 % à fin 2010 met en danger notre économie et le niveau de vie des prochaines générations. Pour faire disparaître cette menace, il faut bien sûr maîtriser les dépenses publiques de fonctionnement mais aussi, et peut-être premièrement, donner les moyens aux entreprises françaises de renforcer leur compétitivité et de mieux se développer, ce qui permettra une croissance plus forte du PIB et inversera donc la tendance ».

Une taxe carbone sur la consommation de gaz, de pétrole et de charbon sera mise en place dès 2010 pour lutter contre le réchauffement climatique, vient de confirmer Nicolas Sarkozy. Dans un communiqué de presse, le MEDEF a immédiatement réagi à cette annonce.

La Commission Juppé-Rocard sur le grand emprunt a été officiellement installée aujourd’hui. Le montant du grand emprunt sera « fonction des besoins identifiés », a précisé Nicolas Sarkozy. Dès le 22 juin, le Président de la République avait annoncé devant le Parlement, qu’il était nécessaire de « réfléchir à nos priorités nationales et à la mise en place d’un emprunt pour les financer ». Il avait précisé que cet emprunt devrait être « affecté exclusivement » aux « priorités stratégiques pour l’avenir ». Dès cette annonce, le Medef s'est déclaré favorable au grand emprunt, car « c'est une façon de se mobiliser à la recherche de croissances nouvelles ».

La Commission Juppé-Rocard sur le Grand Emprunt national a été installée le 26 août. Parmi les vingt-deux membres qui la composent, entre chefs d’entreprise, enseignants et chercheurs, un écrivain : Erik Orsenna. Il a accepté de répondre à nos questions. Il est revenu sur le rôle et la nécessité de cette commission, mais aussi sur ce qu’il pouvait y apporter en tant qu’écrivain.