« Je considère que la stabilité et le respect de la parole donnée sont les conditions de la confiance. »
Déclaration du Président de la République, lors de son point presse du 7 septembre 2015 au sujet du Pacte de responsabilité.

Alors qu'un climat de confiance revient peu à peu mais que les perspectives économiques restent incertaines, le Medef a pris connaissance des réflexions visant à décaler des mesures du Pacte de responsabilité prévues pour l'année 2016.

Des signes économiques favorables semblent se dessiner aujourd’hui dans notre pays grâce notamment à des facteurs conjoncturels (baisse de l’euro, baisse du prix du pétrole, taux d'intérêt faibles, début du pacte de responsabilité).

Le MEDEF a pris connaissance du projet de loi pour la croissance et l’activité présenté ce matin en Conseil des ministres. Ce texte devrait permettre de libérer certains freins à l’activité et de créer ainsi plus d’emplois : les aspects relatifs aux transports ou à la construction vont ainsi dans le bon sens. Il salue les mesures relatives à l’épargne salariale - même si certaines dispositions ont été disjointes par le Conseil d’Etat pour des raisons de forme - car elles permettront une meilleure association des salariés à la richesse produite. Il est également favorable aux mesures sur l’actionnariat salarié, à la simplification des projets d’urbanisme et d’une façon générale à tout ce qui concourt à la simplification de la vie des entreprises. Il salue enfin la dépénalisation du délit d’entrave qu’il appelait de ses vœux depuis longtemps et qui devrait figurer dans une ordonnance future.

Dans une lettre adressée au Président de la République et au Premier ministre, Pierre Gattaz leur demande de ne pas minimiser le message adressé par les chefs d’entreprise pendant leur semaine de mobilisation et de régler « les problèmes posés par les quatre signaux contradictoires intervenus ces dernières semaines ». Il propose « une voie pour relancer la dynamique de confiance» et souhaite pour cela « dès mars prochain un agenda 2020 qui pourra redonner une ambition économique » à la France.

Les entreprises, par l’intermédiaire de leurs organisations représentatives, se mobilisent tout au long de cette semaine pour la croissance et l’emploi dans notre pays.

Une série de petits films d’animation a été réalisée dans le cadre de la mobilisation patronale qui se déroule cette semaine. Ces mini-films permettent d’illustrer pédagogiquement et avec humour les absurdités, inepties et autres difficultés en matière administrative, sociale ou fiscale que les chefs d’entreprise français rencontrent au quotidien depuis maintenant plusieurs années et qui, tout en freinant considérablement leur capacité de développement et d’embauche, alimentent aujourd’hui leur exaspération.

Avant la grande semaine de mobilisation patronale qui aura lieu du 1er au 5 décembre, Pierre Gattaz redit dans une interview aux « Echos » les inquiétudes des patrons de terrain. Pénibilité, taxes supplémentaires, absence de réformes structurelles, les chefs d'entreprise sont exaspérés par toutes les nouvelles contraintes.