Faire gagner la Drôme-Ardèche!

Faire gagner la Drôme-Ardèche!

Dans le cadre de leur Convention de l'Entreprise le 27 mars 2014, les entrepreneurs de Drôme-Ardèche ont accueilli Pierre Gattaz, président du MEDEF. Lors de son intervention devant plus de 300 chefs d’entreprise et d’élus locaux, il a mis l’accent sur les défis à relever pour faire gagner la France de 2020. Le Président du MEDEF a ensuite échangé avec des étudiants de l’EGC – Ecole de gestion et de commerce de Valence. Ambassadeurs de France 2020 pour la soirée, ils sont allés à la rencontre des participants afin de leur expliquer le projet et de recueillir leurs contributions.

Génération C, venez refaire le monde !

Génération C, venez refaire le monde !

Découvrez avec humour les contributions de la chimie dans votre vie quotidienne !

Les "solutions quaternaires" pour sortir de la crise?

Les "solutions quaternaires" pour sortir de la crise?

Auditionnée dans le cadre des entretiens France 2020 le 27 février 2014, Michèle Debonneuil est économiste à l’INSEE. Le Premier ministre lui a confié une mission pour le développement de l’économie quaternaire. Dans son rapport, elle développe l’idée d’une entrée dans une nouvelle ère, celle des « solutions quaternaires » qui satisfont les besoins d’une toute autre manière que celle que nous connaissons actuellement.

France 2020: le Medef Mayenne s'engage!

France 2020: le Medef Mayenne s'engage!

Dans le cadre du projet France 2020, le Medef Mayenne s’est saisi des six thématiques du projet et a donné la parole aux chefs d’entreprise, fleurons de la Mayenne. Ils ont ainsi apporté leur contribution au projet par le biais de vidéos rendues publiques lors de l'événement organisé le 27 février en présence de Pierre Gattaz.

Michel Didier: "1million d'emplois, c'est possible!"

Michel Didier: "1million d'emplois, c'est possible!"

Michel Didier, Président de Coe-Rexecode, centre d’observation économique et de recherche pour l’expansion de l’économie et le développement des entreprises, auditionné dans le cadre des entretiens de France 2020, a soutenu la crédibilité d’un tel projet.

M.J. Forissier: "La France doit se réveiller"

M.J. Forissier: "La France doit se réveiller"

Dans les cadre des "Entretiens de France 2020", rencontre avec Marie-José Forissier, PDG de Sociovision

Dans une « tribune » publiée par LE MONDE Pierre Gattaz explique pourquoi « il faut mettre l’emploi au centre de nos préoccupations ».

A quelques heures des heures des vœux de François Hollande aux acteurs de l’économie, Pierre Gattaz était l’invité  de télé matin sur France 2, mardi 21 janvier. L’occasion pour le président du MEDEF de préciser ce qu’il attend du président de la République, après l’annonce du pacte de responsabilité rappelant que le seul objectif c’est l’emploi.

Invité de Jean-Pierre Elkabbach sur Europe 1 lundi 13 janvier, Pierre Gattaz a rappelé les grands défis que la France doit relever pour libérer son potentiel et rentrer dans le futur. Pour lui l’essentiel « c’est l’attractivité de la France pour que l’on crée des emplois ». Revenant sur la pacte de responsabilité proposé par François Hollande, Pierre Gattaz a réaffirmer qu’il était possible de créer 1 million d’emplois en 5 ans, « à la condition qu’un certain nombre de chantiers s’ouvrent » précisant que la mobilisation allait commencer à Lille dès ce lundi après-midi avec 1500 chefs d’entreprise.

Invité de la matinale de Radio Classique le lundi 6 janvier, Geoffroy Roux de Bézieux est revenu sur le pacte de responsabilité proposé par le président de la République et sur l’urgence à alléger le coût du travail et la fiscalité des entreprises rappelant que si les conditions étaient réunies créer « 1 million d’emplois, c’est possible ! » 

Invité de Jean-Michel Aphatie sur RTL, le vendredi 20 décembre, Pierre Gattaz, s’est dit convaincu que les Français « ont tous les atouts pour conquérir le monde et réussir », à condition de le faire « avec les armes de la compétition mondiale ». Et cela passe « par la baisse des charges et la baisse des dépenses publiques ». « Il faut passer à l’action !  et il faut aller vite » a déclaré le Président du MEDEF.

Dans une tribune accordée vendredi 13 décembre aux Echos, Pierre Gattaz détaille « les engagements du MEDEF pour la France ».  Il résume en trois mots « la stratégie » du MEDEF : « combat, accompagnement, pédagogie ». L’objectif étant de « faire gagner la France grâce à des entreprises performantes et compétitives. »

Medias

Florence Poivey, chef de file de la délégation patronale de la négociation sur la formation professionnelle et Jean-François Pilliard, vice-président du Medef en charge du Pôle social et délégué général de l’UIMM ont donné cette semaine une interview aux Echos sur l’ambition du projet d’accord qui sera à nouveau discuté par les partenaires sociaux le 5 décembre.

Invité de Mots croisés sur France 2 le 25 novembre et de Good Morning Business sur BFM Business le 26, Geoffroy Roux de Bézieux est revenu la remise à plat de la fiscalité lancée par le Premier ministre. Pour le vice-président du MEDEF, « il y a urgence à baisser les prélèvements sur les entreprises, pas pour augmenter les dividendes, comme certains disent, mais tout simplement pour réinvestir ».

Pierre Gattaz était l’invité du Grand Rendez-Vous Europe 1, dimanche 17 novembre. L’occasion pour lui de montrer que, face à la souffrance généralisée et à la surfiscalité, le MEDEF est actuellement présent sur tous les fronts. L’occasion aussi de demander au président de la République de lancer « un pacte national de croissance et d’emploi et un moratoire sur tous les projets de loi qui touchent l’économie et l’entreprise. »

Invité de Good morning Business sur BFM TV le jeudi 14 novembre, Pierre Gattaz a une nouvelle fois appelé le gouvernement à réformer la France et à « laisser travailler les chefs d’entreprise en paix dans un environnement de confiance et de compétitivité. » Pour lui il est urgent de « transformer le ras le bol général en une force constructive pour retrouver la
compétitivité
».

Dans un entretien accordé à Challenges, Geoffroy Roux de Bézieux évoque «  le ras-le-bol fiscal, bien réel, des chefs d’entreprises » en raison « d’une pression fiscale quasi insupportable, d’une instabilité fiscale tout aussi nocive et d’ un certain harcèlement lors des contrôles fiscaux ». Pour le vice-président du Medef, il est donc impératif « d’améliorer l’environnement fiscal qui est un des facteurs de la compétitivité. Et pour baisser la fiscalité, pas d’autre solution que de baisser la dette publique »

Dans un entretien accordé à Capital, Pierre Gattaz appelle une nouvelle fois le gouvernement à créer « un terreau favorable » pour les entreprises, « un environnement de compétitivité » en baissant le coût du travail et en réduisant les dépenses publiques. Il appelle également les entreprises à améliorer leurs relations avec leurs clients et à relancer l'innovation.

Pierre Gattaz était l’invité d’Eric Mauban dans la Matinale de Radio Classique le vendredi 25 octobre. L’occasion pour le président du Medef de revenir sur les chiffres du chômage et sur le souhait de François Hollande d’en inverser la courbe avant la fin de l’année. Il en a profité pour présenter son initiative de mobilisation des adhérents du MEDEF autour de la création d’un million d’emplois d’ici 5 ans.

Invité de Jean-Michel Apathie le 10 octobre au matin, Pierre Gattaz est revenu sur la colère des patrons excédés par le niveau des charges qui pèsent sur les entreprises. Il a également déclaré vouloir mobiliser l’ensemble des patrons pour créer un million d’emplois d'ici 5 ans à condition bien sûr que la France fasse le choix de l’entreprise et que les pouvoirs publics donnent aux entreprises le terreau dont elles ont besoin pour se développer.

Pierre Gattaz était l’invité de Bruce Toussaint sur I télé, mercredi 9 octobre. L’occasion pour le Président du Medef de revenir sur le rassemblement de 2000 chefs d’entreprise la veille à Lyon pour dénoncer leur souffrance et leur ras le bol fiscal. Il a également prévenu que cette exaspération pouvait se transformer en colère des patrons, si rien ne change, si rien n’est fait pour réduire vraiment les dépenses publiques..