Le dispositif pénibilité, qui découle de la loi sur les retraites, a été imposé sans concertation réelle avec les entreprises. Ceci est d'autant plus regrettable que la question de la pénibilité est prise en compte depuis de nombreuses années par les chefs d'entreprise au quotidien, de manière opérationnelle, par des démarches de prévention. Ce dispositif est donc hautement contre-productif et risque de nuire aux actions de prévention déjà lancées par les entreprises et les branches professionnelles.


Alors que la situation économique de notre pays est très dégradée et nécessite une thérapie de choc, il importe de tout faire pour soutenir l'activité économique des entreprises, donc l'emploi. C'est pourquoi, le MEDEF s'inquiète des perturbations liées à la grève de la SNCF dans les transports ferroviaires.

Le MEDEF a noté avec intérêt les déclarations du ministre des Affaires étrangères, du Commerce extérieur et du tourisme, Laurent Fabius, qui a plaidé hier pour l'ouverture des magasins le dimanche afin de relancer le secteur crucial du tourisme en France.

Le MEDEF constate que les décisions du Conseil constitutionnel sur le recours au travail de nuit et au travail du dimanche démontrent l'inadaptation du code du travail français au fonctionnement de l'économie moderne.

Le MEDEF condamne la séquestration en cours de deux cadres du groupe Centre France La Montagne.

Le Medef souhaite une réforme ambitieuse et pérenne du système de retraite français. Il a ainsi rendu publiques 24 propositions le 25 juillet dernier.

Le Parlement, en votant la loi relative à la sécurisation de l'emploi issue de l'accord du 11 janvier 2013, permet aujourd'hui d'installer la France au niveau des standards européens en matière de marché du travail et de relations sociales.

Déclaration de Benoît Roger-Vasselin, chef de file de la délégation patronale :