Les chiffres du chômage connaissent un nouveau repli, ce qui est une bonne nouvelle pour notre pays. Cette baisse doit amener les candidats à l’élection présidentielle à amplifier les baisses de charges qui commencent à produire leurs effets. Mais il faudra aller plus loin, avec persévérance, courage et cohérence car il y a urgence.

Pôle Emploi, l’AFPA, le MEDEF et le groupe Adecco se mobilisent à bord du train pour l’emploi et l’alternance du 7 au 23 novembre.

La bonne nouvelle d’une baisse significative du chômage rappelle que la lutte contre ce fléau exige du courage, de la responsabilité et de la cohérence de la part de nos élus.

Le Medef a découvert stupéfait dans les colonnes du Parisien de ce matin, les réflexions du gouvernement visant à surtaxer les contrats courts et à déplafonner les cotisations chômage. Ces mesures seraient absurdes, contre-productives et néfastes pour les chômeurs et les salariés. Il s’agit visiblement de réflexions technocratiques qui ne prennent pas en compte la réalité du marché du travail.

Le Medef a rencontré ce jour le Premier ministre et la ministre du travail.

Il a réaffirmé que la priorité d'actions du gouvernement devrait être de relancer une véritable politique en faveur de la création d'emplois. Cela suppose de simplifier le droit du travail, de libérer le marché du travail, de baisser la fiscalité, mais aussi de tenir ses engagements pour donner visibilité et confiance.

Le Medef constate, à regret, le désaccord profond qui subsiste entre les partenaires sociaux. Ce désaccord n’a donc pas permis de conclure une véritable réforme de l’assurance-chômage, pourtant indispensable. Alors que le déficit annuel avoisine les 4,5 milliards d’euros et que la dette cumulée frôle les 35 milliards d’euros, cet échec est inquiétant pour l’avenir de ce régime.

Alors que les chiffres du chômage connaissent une légère amélioration pour le deuxième mois consécutif, les blocages en cours de l’activité économique sont irresponsables et scandaleux. Les premiers touchés sont les chômeurs, les salariés, les secteurs d’activité et les entreprises les plus fragiles.

Le Medef a analysé avec attention le projet de loi travail. Il note que le texte répond en partie aux fortes attentes exprimées il y a quelques semaines par le Medef. Notamment l’absence de surtaxation des CDD, le retour à un CPA (compte personnel d’activité) un peu plus cohérent et des avancées sur la capacité à conclure des accords pour toutes les entreprises.