Pierre Gattaz, Florence Poivey et Patrick Bernasconi, ont lancé mardi 13 mai au soir, en présence de François Rebsamen, ministre du Travail et du Dialogue social la campagne de spots télévisés intitulée « Beau travail » destinée à «faire connaître les métiers en tension» et à orienter les vocations vers «400 000 emplois non pourvus.

Dans le cadre de la Déclaration commune  du 22 janvier 2013 à l’occasion du 50e anniversaire du Traité de l’Elysée, les partenaires sociaux français et allemands ont créé un groupe de travail consultatif chargé de faire des propositions conjointes dans le domaine de la compétitivité et de la politique sociale. Le MEDEF a pris une part active à ces travaux. La première contribution de ce groupe concerne l'emploi des jeunes.

Le nombre de jeunes entrés en apprentissage en 2013 a reculé de 8 %, à 273 000 contre 297 000 l'année précédente. C'est la plus forte chute jamais enregistrée. Après une progression régulière du nombre d'apprentis, nous régressons brutalement au niveau de 2005-2006, soit un bond de huit ans en arrière.

Lors de la première réunion de son conseil d'administration, le 15 janvier dernier, Jean-Pierre Hulot, président de l'Unipe, a été élu président d'OCTALIA pour une durée de deux ans. « Notre association est un lieu d'échange et de partage des bonnes pratiques pour tous les acteurs qui veulent construire l'apprentissage de demain. OCTALIA est ouvert à tous les OCTA qui souhaitent s'associer à cette démarche », déclare-t-il.

Face au problème dramatique du chômage des jeunes dans notre pays, le gouvernement est en train de commettre une double erreur historique. 

Pierre Gattaz a présenté ce matin en conférence de presse le pacte de l'alternance pour la jeunesse.

 

Le Gouvernement a annoncé hier la suppression de l'indemnité compensatrice forfaitaire (ICF) versée aux entreprises qui embauchent un apprenti. Cela représente un désengagement de 800 millions d'euros par an.

 

Après quatre séances de négociation, les partenaires sociaux sont parvenus, le 19 octobre 2012 à un accord sur le contrat de génération. Cet accord a été signé par l’ensemble des organisations représentatives des employeurs (MEDEF, CGPME, UPA) et par tous les syndicats de salariés (CFDT, CFE-CGC, CFTC, CGT, CGT-FO). Par leur accord unanime, les partenaires sociaux montrent ainsi la force du dialogue social et leur capacité à parvenir à des accords ambitieux sur des sujets aussi fondamentaux que l’emploi des jeunes et des seniors.