Déclaration de Benoît Roger-Vasselin, chef de file de la délégation patronale :

Le contrat de génération, tel qu'il est proposé dans le document d'orientation, correspond à l'ambition que le Medef défend pour les jeunes et les seniors. Le Medef proposera d'ouvrir la négociation dans les tout prochains jours. Il souhaite qu'elle permette de donner une véritable ambition au partenariat entre les générations alliant insertion des jeunes dans le marché du travail et maintien des seniors dans l'emploi.

 

Plus de 700 000 jeunes arrivent chaque année sur le marché du travail. Sept organisations syndicales et patronales (CFDT, CGT-FO, CGE-CGC, CFTC, MEDEF, CGPME, UPA) se sont engagés en faveur de leur emploi en signant quatre accords en six mois.

 

Medef TV
100.000 entrepreneurs: "transmettre aux jeunes l'envie d'entreprendre"

100 000 entrepreneurs est une association d’intérêt général, fondée en 2007 par Philippe Hayat et le Club Horizons.

Voir

Laurence Parisot a tenu à exprimer son soutien à l’association La Source, qui fête, ce lundi 3 octobre, ses 20 ans au théâtre du Rond-Point à Paris.

Les partenaires sociaux se sont retrouvés le 29 avril pour une nouvelle séance de négociation sur l’emploi des jeunes. A l’ordre du jour l’accès au logement. Déclaration de Benoît Roger-Vasselin, chef de file de la délégation patronale.

Communiqué de presse

L’emploi des jeunes est une priorité pour le Medef * qui partage les ambitions du Président de la République sur cet enjeu. Engagé dans le développement des formations en alternance, qui sont un véritable levier d’insertion et de professionnalisation pour les jeunes, le Medef souligne que les entreprises ont ainsi formé en 2010 près de 600 000 jeunes en contrats d’apprentissage et de professionnalisation.

Depuis 30 ans les politiques publiques en matière d’emploi sont segmentées en fonction des âges. Dans les faits, cela se traduit par une population de jeunes dont 9% seulement conjuguent études et emploi, alors que ce taux est de plus de 50% au Danemark et aux Pays-Bas. Par des perceptions ambivalentes du travail et du monde économique. Par un système éducatif peu ouvert sur le monde du travail. Par décrochage scolaire créant des « exclus » de l’emploi et enfin par un faible recours à la formation après 40 ans. Face à ces constats, l’Institut Montaigne vient de faire des propositions pour développer l’emploi des jeunes et des seniors.