Communiqués de presse

retour Retour 08 février 2008
Convention du MEDEF 2008 à Bruxelles

Benchmarker, c’est la santé !

Existe-t-il dans l’histoire contemporaine une entreprise aussi audacieuse, aussi ambitieuse, que l’Europe ? Parce que l’Europe est par son essence-même une innovation radicale, parce qu’à la croisée de certains chemins, l’Europe a toujours su prendre les risques qui lui ont permis d’avancer, parce que l’Europe dans son ambition est toute tendue vers le futur, elle incarne au plus haut point l’esprit d’entreprise. Monsieur le Président du Parlement européen, Hans-Gert Pöttering, en nous accueillant dans cet hémicycle nous donne l’occasion de rendre hommage au travail, au courage, à l’esprit visionnaire de tous ceux qui, depuis des décennies -parlementaires, commissaires, fonctionnaires- ont, avec les chefs d’Etat des différents pays qui la composent, bâti une Europe solide et solidaire, plus performante et plus bénéfique qu’on ne se plait souvent à le dire. Et si les débats sont encore nombreux, et si les doutes sont multiples, c’est parce que l’oeuvre déjà accomplie est immense.

Il y a un an, nous lancions Besoin d’air. Ce livre que nous avons fait ensemble a eu beaucoup de succès. Il a dépassé de très loin l’audience qu’on nous promettait. Il a contribué pendant toute la campagne électorale française à mâtiner d’économie le discours politique. Le message de Besoin d’air était très clair et ô combien vital. La France courait un grave danger, disions-nous, à se replier sur elle-même, à s’accabler elle-même ou à accabler ses entreprises de charges insoutenables, à fermer ses portes et ses fenêtres et à dire non au monde. Nous espérions que les choses allaient changer et nous voulions contribuer à ce mouvement d’ouverture.
C’était la dernière page de Besoin d’air. « On ouvre les fenêtres et on regarde au-delà des frontières. N’ayons pas peur du brassage de l’intérieur et de l’extérieur. Bien des solutions ont déjà été mises en oeuvre tout près de nous, chez nos voisins. Ces expériences sont pour nous des espérances. D’autant que la France ne manque ni d’atouts ni de talents, et encore moins de courage. Il lui suffit de changer de perspective ». Aujourd’hui est un grand jour puisque nous nous retrouvons ensemble ici à Bruxelles. Aujourd’hui est aussi un grand jour parce que c’est le lendemain d’un grand jour. Hier, le traité de Lisbonne, le traité modificatif, a été ratifié par l’Assemblée Nationale. Une ère nouvelle peut commencer.

Indubitablement, les portes et les fenêtres ne sont plus condamnées. Indubitablement, elles commencent à s’ouvrir. On commence à regarder dehors et même, à y prendre plaisir et peu à peu, on apprend à voir autre chose que midi à sa porte.
Ne plus voir midi à sa porte, ne plus fonctionner en vase clos, ne pas risquer de vouloir réinventer la roue quand on voit qu’ailleurs elle tourne, ce sont autant d’attitudes qui font gagner du temps et de l’argent et qui souvent apportent un grand bol d’air.
Au mois de juillet dernier, j’ai réuni tous les présidents de Commissions du Medef. Tous  avaient accompli un fantastique travail. Leurs propositions se nourrissaient toutes d’une comparaison, l’une avec la fiscalité irlandaise, l’autre avec le marché du travail danois, une autre avec les éco-industries allemandes, une autre encore avec le capitalinvestissement anglais, etc. Et il nous est apparu au cours de ce débat que ce serait dans cet étalonnage systématique de toutes nos pratiques que nous allions trouver le plus de créativité et le plus de rationalité à la fois, le plus d’inspiration, le plus de force, le plus de souffle pour l’entreprise française du XXIème siècle. Car la créativité ne peut pas naître ex nihilo du désordre ni de l’à peu près, pas plus que la liberté ne peut se trouver sans discipline ni règles du jeu. Ce que nous nous sommes dit peu à peu, c’est qu’il y a quelque chose de profondément sain, voire d’éminemment salutaire dans ces comparaisons et dans ces mesures rigoureuses. Ce que nous nous sommes dit peu à peu, c’est que benchmarker c’est la santé !

J’adore la langue française et je voudrais que Mesdames et Messieurs nos académiciens fassent un jour entrer dans notre dictionnaire le mot de benchmarker. Car il nous manque ! Benchmarker, c’est comparer, c’est étalonner, c’est mesurer, ou plus exactement, ce sont ces trois actions à la fois : benchmarker c’est évaluer dans une optique concurrentielle pour s’améliorer. Benchmarker c’est dynamique. C’est une grande incitation à ne pas rester immobile.

Se benchmarker, c’est oser regarder dans le miroir son reflet objectif plutôt que de refuser de voir les choses en face et de mettre la tête sous son aile. C’est en finir avec les préjugés selon lesquels rien de ce qui se fait ou se pense en France ne serait bien, tout y serait à jeter, bref, nous serions des nuls, pour toujours irrécupérables, car entachés d’une sorte de péché originel. Les préjugés inverses existent, aussi tonitruants et dévastateurs que les premiers : la pensée made in France serait la seule juste, la seule fructueuse, la seule morale. Tout cela est faux. Ce sont deux idéalismes qui s’opposent.

Se benchmarker, c’est être réaliste. C’est se donner les moyens du pragmatisme. C’est savoir qu’on n’est pas seuls au monde, ni le centre du monde, c’est refuser l’illusion qui empêche de grandir. Benchmarker un produit ou un service ou une idée, c’est l’apprécier à l’aune de critères
pluriels car nous sommes maintenant dans un monde où la qualité est à la fois un droit et un devoir. Benchmarker ses équipes, c’est tout faire pour accroître le niveau de compétence de nos salariés. C’est ne pas avoir peur d’embaucher des pointures, en diplômes ou en talents. C’est ne jamais oublier que le niveau des joueurs conditionne souvent la division dans laquelle on va se battre. Dans cette compétition, il est souvent nécessaire de garder ceux qui détiennent l’expérience, la mémoire, le savoir-faire et qu’on appelle les seniors. Le Medef fera au printemps des recommandations pour augmenter leur présence dans nos entreprises.

Benchmarker, c’est refuser de prendre des vessies pour des lanternes, c’est refuser les marchés de dupes. Benchmarker c’est savoir, c’est vouloir savoir et c’est penser que savoir est un droit. C’est penser qu’il y a dans cette transparence une éthique fondatrice de l’échange et du civisme.

Et benchmarker un pays, qu’est-ce que c’est ? C’est le comparer à d’autres, rubrique par rubrique, et relativement au but qu’on recherche. Quelle est la fiscalité la plus avantageuse, au regard de son efficacité pour l’emploi ? Quelle est l’administration la moins pesante, eu égard à son efficacité la plus grande possible ? Quelle est la dette la moins lourde, ou plus exactement parmi les différentes dettes contractées par les différents pays, lesquelles préparent l’avenir, lesquelles grèvent au contraire l’avenir ? Quel est le syndicalisme le plus avancé eu égard à la construction sociale ? Quelle est l’école, quelle est l’université la plus admirable et en ligne avec l’épanouissement futur des jeunes ? Quelle est l’intégration la plus réussie, si on l’indexe sur l’emploi des nouveaux arrivants, de leurs enfants, de leurs petits enfants ?

Et pourquoi faudrait-il choisir entre l’excellence d’une rubrique ou d’une autre ? Pourquoi serait-ce ou l’une ou l’autre ? Ne pourrait-on pas avoir tout à la fois ? Je pense que oui parce que précisément des synergies vertueuses s’engageraient. Les meilleures écoles, la meilleure politique d’intégration, les meilleurs impôts, ou du moins les moins mauvais ? Comment y parvenir ? Que reste-t-il à inventer pour enfin les combiner ?

Imaginons qu’on y parvienne. Parce qu’en ayant benchmarké on aurait mis en place les réformes : la baisse du coût du travail, le transfert progressif des cotisations familiales vers la solidarité nationale car il n’y a qu’en France qu’elles sont à la charge exclusive des entreprises. Imaginons que les impôts taxant l’investissement aient été… boutés hors de France, et en premier la taxe professionnelle. Ce serait alors évident pour tout le monde que benchmarker c’est la santé ! En l’occurrence, la santé d’un pays !

Voilà qui ne serait pas négligeable dans le contexte actuel d’une situation économique mondiale complexe, extrêmement contrastée. Il est hyper probable que notre croissance de demain dépendra encore plus qu’aujourd’hui de notre capacité à exporter vers les zones émergentes. Les pays développés sont pour certains menacés de stagnation, tandis que les pays émergents ouvrent à toutes nos entreprises de nouveaux marchés porteurs d’espérance et connaissent continûment et structurellement une croissance forte.

Quand nous étions tous enfants, nous avons tous entendu le travail c’est la santé ! Malgré tout le respect, toute l’admiration et j’oserais dire toute l’affection que j’ai pour Henri Salvador, je ne dirai pas la suite de la chanson. Ou plutôt si : le travail c’est la santé, benchmarker c’est la conserver !

En à peine plus de deux ans, nous avons installé la parole des chefs d’entreprise dans tous les débats publics. Nous avons remis des mots à la mode, lancé des slogans, et forgé des concepts. Tous ont acquis la force de l’évidence. Rappelez-vous le premier d’entre eux : réconcilier les Français avec l’entreprise. N’ayez aucun doute, cette réconciliation est en marche ! Quand les trois principaux candidats à l’élection présidentielle l’appellent de leurs voeux, quand pour la première fois un Président de la République vient à notre Université d’été et rend hommage aux 2000 chefs d’entreprise présents, quand un dirigeant du parti socialiste demande que dorénavant « l’entreprise soit au coeur [de son] projet économique », quand un Ministre de l’Education nationale organise avec un Medef territorial, celui de l’Aude, le lancement national de la Semaine Ecole Entreprise devant 1000 collégiens et leurs professeurs, quand les jeunes diplômés des quartiers sensibles répondent aussi nombreux et aussi enthousiastes à l’offre de coaching de notre association Nos quartiers ont des talents, quand pour la première fois les élèves des Instituts de Formation des Maîtres vont suivre un stage en entreprise pour valider leur cursus, quand le Grenelle de l’insertion ne se conçoit pas sans la participation du Medef, quand le Grenelle de l’environnement offre aux représentants des ONG et à ceux du patronat l’occasion de travailler avec bonheur ensemble, quand il y a 12,5 % de créations d’entreprises de plus en 2007 qu’en 2006…inexorablement, sûrement, et heureusement, la réconciliation des Français avec l’entreprise est en marche.

Dans l’entreprise, y-a-t-il besoin de réconciliation ? Les Français qui travaillent en entreprise aiment leur entreprise. Ce qu’il faut accroître, ce sont plutôt l’implication, la contribution, l’engagement… et le reward qui va avec : ce qu’on appelle en français l’intéressement et que personnellement je préfère à la participation, que je juge moins participative. Le Medef rendra publique dans quelques jours une série de propositions qui concerneront toutes les entreprises, y compris les plus petites.

Bouger les lignes. Concilier l’inconciliable. Jouer le jeu. Autant d’expressions qu’on entend désormais sur les lèvres de tout le monde. Ne vous y trompez pas, ne les réduisez pas à de la « com » ! Elles donnent la clé de nouveaux critères de jugement, et elles promeuvent de nouvelles attitudes pour l’action. La nécessité de faire grandir nos TPE et nos PME, le danger d’illisibilité pour notre pays : autant de diagnostics naguère élaborés par le Medef et aujourd’hui unanimement partagés.

Le désaccord constructif, le dialogue économique et la délibération sociale : autant de méthodes que nous avons initiées et qui sont maintenant partout recommandées. L’autonomie des  partenaires sociaux, la révolution stratégique, l’offre France, la fin de la durée légale du travail, autant de problématiques reprises par tous les observateurs, économistes, éditorialistes, politiques, autant de concepts qui n’ont déjà plus besoin d’explications.

Qu’avons-nous obtenu depuis un an, à force de travail, de propositions, de négociations ou de lobbying ? La liste est longue. Nous avons porté la voix des TPE PME en favorisant l’orientation de l’investissement de l’ISF dans ces entreprises ; en incitant la Commission européenne à s’engager en faveur d’un SBA européen (small business act) avant le mois de juin 2008 ; en convainquant le gouvernement français de réduire le taux de l’impôt forfaitaire annuel, car à ce niveau, il était dommageable pour tous. Je rappelle qu’il est payable même quand on ne fait pas de bénéfices. La réforme du crédit-impôt-recherche que nous demandions depuis longtemps est enfin accomplie. L’accord de Londres destiné à baisser le coût des brevets a enfin été ratifié !

Nous pensons qu’il n’y a pas de petits combats. C’est au contraire grâce à l’effort acharné de nos Medef territoriaux, grâce à l’implication sans limite de nos fédérations que se remportent les victoires quotidiennes où se joue l’avenir de notre société. C’est pourquoi nous avons voulu approfondir l’engagement des entreprises pour la diversité et contribuer chaque jour à des embauches dans le 9-3 et partout où la vie est encore plus dure qu’ailleurs.

Refusant aussi de considérer qu’il y a des causes perdues, nous avons donné des coups de boutoir incessants dans la mythologie des 35 heures qui a fini par vaciller sur les bases idéologiques qui étaient les siennes ; de même, et malgré l’état des universités que nous avions jugé scandaleux il y a deux ans, ou précisément à cause de cela, nous avons encouragé la réforme des universités et nous avons accéléré les rapprochements écoles-entreprises et universités-entreprises.

Tous les problèmes sont liés. Toutes les solutions aussi. Nous ne pourrons profiter de la mondialisation, nous ne pourrons survivre aux futurs inégalités géographicodémographiques qu’à condition d’aimer notre culture, en être fiers, et de vouloir la connaître et la transmettre, en France, pour commencer. N’en déplaise au magazine Time, la culture française n’est pas morte. Je dirais même qu’elle anime l’offre France, et qu’au benchmark des cultures vivantes, nous ne serons pas perdants !

Last but not least et dans ce que j’aurais le plaisir d’appeler notre coeur de métier, nous avons contribué de façon décisive à moderniser le marché du travail. L’idée de la séparabilité était en France une idée totalement neuve. Elle a d’abord fait rire, car c’était impossible. Elle a semé le trouble jusque dans les esprits des professeurs de droit et des observateurs les plus spécialistes. Peu à peu elle s’est installée. Et l’on a même vu poindre à travers elle la possibilité d’une plus grande sécurité et pour les entreprises et pour les salariés. La séparabilité sera l’outil majeur de demain pour lutter contre le chômage dont j’ai souvent dit qu’il était la honte de notre pays. Honte dont nous ne voulons plus. Aujourd’hui, le mot de séparabilité n’est plus seulement labellisé Medef, et c’est tant mieux, car nous travaillons pour l’intérêt général, persuadés que l’intérêt général prend naissance dans l’entreprise et dans chacun de vous.

Car nous aussi, chefs d’entreprise de France, nous devons nous benchmarker, et de plusieurs façons. Nous devons d’abord benchmarker nos organisations patronales, en les questionnant. Sur une échelle de 1 à 10, où nous situons-nous en termes de visibilité depuis l’extérieur : depuis chaque pays d’Europe ? Depuis les Etats-Unis ? Depuis l’Asie ? Quelle est notre place ? C’est, animés de ces questions, et forts des réponses parfois encourageantes que nous y trouvons, que nous avons entrepris une série de voyages qui ont mené nos délégations dans le sillage du Président de la République des Etats-Unis en Inde en passant par le Maroc et l’Algérie.
Toujours sur cette échelle de 1 à 10 où nous situons-nous, non plus en termes de visibilité avec un v mais de lisibilité avec un l ? Où nous situons-nous en termes de transparence ? Quel progrès nous reste-t-il à faire ?

Cette mesure de la transparence, de la lisibilité, de la visibilité, pour ne prendre que ces exemples, cette comparaison avec la transparence, la lisibilité, la visibilité, d’organisations similaires, la compétition entre tous pour progresser sur ces échelles, c’est cela que nos organisations patronales doivent s’imposer à tous les niveaux.

Nous avons remporté une victoire historique en signant un accord sur la modernisation du marché du travail. Cathy Kopp qui a mené cet accord à terme, tous ceux qui l’ont préparé de longue date, les équipes qui ont travaillé sans relâche, ont été formidables ! Et je vous demande de les applaudir !... Nous Medef, aurions-nous réussi à faire valoir les vertus du compromis si la voie n’avait pas été ouverte par nos homologues d’Allemagne et de l’Europe du Nord, et si nous ne nous étions pas benchmarkés par rapport aux modèles qu’ils nous présentaient là ? Nous Medef, nous organisations professionnelles, nous organisations territoriales, évaluons nos forces, nos faiblesses, nos axes de progrès, comptons nos troupes, faisons-les croître, benchmarker c’est la santé !

Nous avons lancé un grand projet d’évolution interne du Medef. Il s’appelle Ambition 2010 et nous concerne tous. Ce qui doit en sortir c’est le patronat du XXIème siècle. Engagez-vous tous dans Ambition 2010. Nous avons tous besoin de chacun de vous ! En tant que chef d’entreprise, vous gagnerez aussi à cette discipline systématique du benchmark. Beaucoup d’entre vous le savent déjà, tant dans leurs pratiques managériales pour lesquelles nous Medef, pouvons vous aider à vous évaluer, que dans la gestion de leurs projets. C’est à cette condition-là seulement qu’on comprend, qu’on s’adapte et qu’on anticipe. C’est à cette condition-là seulement que nos entreprises se développent. Benchmarker c’est tout un art de rigueur, c’est toute une exigence. Il faut comparer le comparable. Et non pas l’incomparable ! Une fois cela fait, une fois la mesure précise effectuée, l’objectif se dessine aisément. Il s’impose. Une fois benchmarkées les charges des entreprises françaises, allemandes, anglaises, il est apparu clairement que la comparaison n’était pas en notre faveur et que nous disputions une course inégale. Il y a un an, nous disions que si chaque entreprise de chaque pays portait un sac à dos, celui du Royaume Uni pesait 12 kg, celui de l’Allemagne 21 kg, celui de la France 28 kg. 12 kg pour 120 milliards d’euros de prélèvements obligatoires sur les entreprises britanniques, 21 kg pour 210 milliards d’euros sur les entreprises allemandes et 280 milliards d’euros sur les entreprises françaises. Une différence tragique quand il s’agit de disputer le même sprint ! Réduire cette différence est donc devenue notre feuille de route, notre référence, notre objectif. C’est devenu notre benchmark.

Et puisque nous en sommes à benchmarker notre action, qu’en est-il sur ce point là ? Eh bien hélas, « cent fois sur le métier remettez votre ouvrage », tout reste encore à faire. Sans doute, n’avons-nous pas été encore assez convaincants. Certes le poids du sac à dos de l’entreprise anglaise a augmenté. Il pèse non plus 12 kg mais 13 kg. Mais faut-il se réjouir du malheur de nos compétiteurs ? Notre sac à dos à nous s’est encore alourdi, nous ne portons plus 28 kg, mais 29 kg ! Seule l’Allemagne est stable. Il faudra donc que chacun de nous redouble d’efforts pour cette cause déterminante pour la création de richesses.

Besoin d’air reste donc notre feuille de route. Nous pouvons en reprendre toutes les propositions : elles restent d’actualité et nous devons benchmarker les résultats de notre action à l’aune de notre ouvrage collectif.

Sans doute son chapitre le plus important et le plus novateur portait-il sur le développement durable. La prise de conscience du danger que la planète court est maintenant universelle. C’est une autre forme de mondialisation. Ce sont d’autres formes de mondialisation, celle de la nature, celle de la prise de conscience, auxquelles on ne s’attendait pas, mais qui sont encore plus radicales que la mondialisation économique. Il est du devoir des entreprises d’agir. Il n’est pas question que dans 5 ans, dans 10 ans, dans 15 ans, car les horizons sont très courts, nous ayons honte : honte de ce que nous aurons fait, honte de ce que nous n’aurons pas fait. Il s’agit au contraire que nous puissions parler à nos enfants et à nos petits-enfants la tête haute et sans rougir de nous-mêmes. Car eux ne manqueront pas de nous demander : quand as-tu compris ? Et qu’as-tu fait à ce moment là ? Nous, les entrepreneurs, les champions du risque, les chantres de l’adaptation, nous devrions leur confesser que nous pensions avoir alors mieux à faire que protéger notre planète ? Certainement pas !
D’autant que paradoxalement, c’est aussi une opportunité exceptionnelle pour nous en termes de business ! Mon message aux entreprises de France, c’est qu’elles foncent ; qu’elles aient d’abord à l’esprit -en le rapportant à l’environnement- l’adage de la médecine selon lequel premièrement ne pas nuire, « primum non nocere » ; mais aussi qu’elles utilisent tous les créneaux qui s’ouvrent à elles dans ce domaine, qu’elles comprennent que c’est là l’avenir, et même le seul avenir possible.

Pour tout dire mon ambition pour nous, est encore plus grande. Je voudrais que le développement durable soit une grande spécialité de l’offre France, qu’elle soit au cœur de l’offre France. On parle souvent du génie industriel français, il faudra qu’on parle aussi du génie écologique  rançais. Nous sommes une puissance économique de poids. Pour le rester, devenons aussi une puissance écologique. Et là, nous serons particulièrement bien placés -nous le sommes déjà- dans la compétitivité mondiale et dans l’innovation. Les enjeux sont multiples : gagner des appels d’offre car nos produits et nos méthodes seront mondialement connus pour être le best du développement durable, retrouver une prospérité et un excédent commercial, donner à la France un projet fédérateur qui nous rendra tous fiers. Il faut faire vite. Nous avons tous tout à y gagner ! Que la France soit une puissance écologique et l’Europe une super-puissance écologique ! Pour utiliser une expression chère à notre ami José Manuel Barroso, ayons le « first mover advantage », l’avantage du premier qui a bougé !
Les investissements vont être gigantesques et si vous me permettez le truisme il faudra la finance pour les financer !

Comment favoriser l’éclosion accélérée des éco-industries sans les fonds et les private equity ? Comment transformer les process actuels de nos entreprises sans injection massive de capitaux ? Et encore plus prosaïquement, comment supporter la transition, comment financer les mutations sans l’apport de liquidités nouvelles ?
Le capitalisme aujourd’hui est-il concevable sans le capitalisme financier ? Ou au contraire le capitalisme financier entre-t-il dans un jeu subtil et parfois bénéfique avec tous les autres capitalismes ? Je penche pour la seconde voie. Et même je parierais pour une logique vertueuse possible entre les différentes facettes du capitalisme ; je prônerais cette sorte-là de synergie, de cercles vertueux, et je redouterais que nous laissions le privilège de la City aux Anglais, que nous nous excluions du jeu mondial par des refus trop nets. Dans un débat récent au Medef, le plus grand regret d’un industriel ruiné par des malchances et escroqueries successives n’était-il pas de ne pas avoir contacté à temps de nouveaux investisseurs ? Ils l’auraient sauvé, ils nous l’ont confirmé.

S’il y a des abus, si certaines pratiques sont contraires à l’éthique et tout simplement au bon sens, avant d’en prononcer la condamnation définitive, pourquoi ne pas tenter d’abord de les améliorer ? Comprenons que le capitalisme est une mosaïque dont on ne peut impunément enlever un morceau parce qu’il nous déplairait à tel ou tel moment. Les Français commencent à comprendre l’économie. Le refus qu’ils en avaient jusque là, ne le laissons pas se muer en un autre refus qui serait cette fois-ci celui de la finance, et qui risquerait comme le précédent de nous marginaliser, de nous laisser sur le bord de la route, et de favoriser des compétiteurs étrangers plus pragmatiques.

Chers amis, nous avons développé une morale et un esprit critique qui ont fait de la France souvent pour sa plus grande gloire, un pays à part, le pays benchmark des droits de l’homme pourrait-on dire… Mais attention à ne pas nous caricaturer nous-mêmes. Dire « non » n’a de valeur que si l’on sait dire « oui ». Savons-nous dire oui ? Selon moi, pas assez. Nous sommes parfois plus prompts à voir la difficulté que la solution, nous repérons trop volontiers la naïveté dans l’idée neuve, l’impossible dans le projet pourtant révolutionnaire. Certes, il y a là une tendance générale de l’esprit humain. On m’a raconté que des Américains qui s’en étaient rendu compte auraient baptisé leur think tank le « yes club » et se seraient donné pour règle de laisser en débat une idée au moins trois minutes avant qu’il ne soit permis de la critiquer. L’expérience aurait été, paraît-il, très fructueuse…

Nous autres Français devons nous garder du triste privilège d’être ceux qui diraient toujours non. Car notre attitude aurait alors quelque chose de décourageant. Pour les jeunes qui partiraient du coup réaliser leurs rêves à l’étranger. Pour les étrangers qui craindraient que les barrières ne s’amoncellent ici, pour autant que des barrières puissent s’amonceler…, et qu’elles ne tuent dans l’oeuf leurs espérances.
Ce n’est pas une affaire d’Etat, c’est une affaire d’état d’esprit. Le respect de dire oui à l’autre, à l’idée neuve, au changement, aux syndicats ; le respect de faire confiance, de ne pas se moquer ; le bonheur d’être tolérants, d’essayer, réhabilitons-les. Apprenons, courageusement car ce serait tellement plus facile de ne rien faire, modestement car le snobisme voudrait le contraire, délibérément car il y a là une méthode et une rigueur, apprenons à dire oui !

Oui à la France et à l’Europe ! Oui à la France et à la Méditerranée ! Oui à la France et au monde ! Oui au travail et à la réflexion, oui aux valeurs de la transparence, à l’entreprise, au goût du risque et de créer, oui aux logiques qui rassemblent, et … vive le patronat du XXIème siècle !

 
MEDEF 2.0
  • Facebook
  • twitter
  • Youtube
  • daylimotion
  • Flick'r
  • linkedin
Les autres sites MEDEF