International -Europe
Construction européenne
Retour au dossier

Brexit : 9 entreprises britanniques sur 10 veulent une extension de l’article 50

Brexit :  9 entreprises britanniques sur 10 veulent une extension de l’article 50

    Selon un sondage publié par la CBI (homologue britannique du Medef), près de 9 entreprises sur 10 souhaitent une extension de l’article 50 si l’alternative proposée est une sortie sans accord. Le sondage, réalisé auprès de 273 entreprises des secteurs des services, de la production et de la distribution, révèle ainsi que 88% des sondés veulent une extension, 8 % ne veulent pas une extension, 4% ne savent pas.

    Le 12 mars déjà, en réaction au rejet de l’Accord de retrait, la CBI avait appelé à une courte extension de la période de négociations et demandé aux Conservateurs de mettre leurs lignes rouges de côté et aux Travaillistes de rejoindre la table des négociations en s’engageant à trouver des solutions.

    De son côté, BusinessEurope (patronat européen dont est membre le Medef) s’est également prononcé en faveur d’une extension de l’article 50. Dans un communiqué de presse, il a ainsi déclaré : « Le jour du Brexit approche à grands pas et l'incertitude grandit de manière exponentielle parmi les citoyens et les entreprises. Un scénario sans accord n’est dans l’intérêt de personne et doit être exclu clairement et de toute urgence. Un accord de retrait incluant une période de transition reste la seule option permettant une sortie en douceur. Cependant, le temps presse, même pour la ratification. BusinessEurope soutient donc clairement une extension sur la base de l'art. 50 paragraphe 3 et demande instamment aux deux parties de faire le nécessaire. L'extension devrait être limitée dans le temps afin de ne pas perpétuer l'incertitude pour les entreprises, en particulier les PME, mais durer suffisamment longtemps pour permettre une sortie ordonnée et une transition en douceur vers la future relation UE-Royaume-Uni. En outre, l'extension ne doit pas compromettre le fonctionnement des institutions européennes. À cet égard, le monde des affaires demande instamment au gouvernement britannique de présenter rapidement une proposition réalisable sur la voie à suivre. »

    >> Consulter les Nouvelles d’Outre-Manche