Dans les médias
Presse

Geoffroy Roux de Bézieux à Europe 1 : « il faut inventer un modèle de capitalisme européen »

Geoffroy Roux de Bézieux

    Geoffroy Roux de Bézieux était invité sur le plateau d’Europe 1 pour réagir au discours de politique générale du Premier ministre ainsi qu’au contexte économique actuel. Constatant qu’Edouard Philippe n’a « pas beaucoup parlé » des entreprises, le président du Medef, affirme avoir le sentiment de ne « pas vraiment » avoir été entendu.

    Geoffroy Roux de Bézieux parle notamment de nouveaux « doutes » concernant la « trajectoire de baisse de l’impôt sur les sociétés » qui n’a pas été « réaffirmée » par le Premier ministre. Doutant de la faisabilité de l’objectif du gouvernement de réduire le chômage à 7 % d’ici la fin du quinquennat, le président du Medef rappelle que, face aux inquiétudes sur le cap économique, un entrepreneur « n’investit pas » et donc « n’embauche pas », ce qui à son tour « ne fait pas baisser le chômage » – « on n’a pas les conditions en termes de compétitivité qui nous permettent de faire ça, » explique-t-il.

    Concernant l’assurance-chômage et la mise en place du système de bonus-malus pour éviter un recours abusif aux contrats courts, Geoffroy Roux de Bézieux réaffirme sa position vis-à-vis d’un système « inefficace », rappelant que le Medef avait une autre proposition « qui n’a pas été retenue ». Soulignant que le système sera « limité à quelques secteurs », une « bonne nouvelle », selon lui, il estime que cela démontre que « le gouvernement n’est pas complétement convaincu de l’efficacité du système » non plus.

    Geoffroy Roux de Bézieux se montre aussi « inquiet pour l’emploi dans le bâtiment », un secteur « qui souffre économiquement » et qui est maintenant visé par la chasse aux niches fiscales et sociales d’un gouvernement qui « cherche de l’argent » sans pour autant baisser « les dépenses publiques ». A propos de la réforme des retraites, Geoffroy Roux de Bézieux reconnait que la proposition du gouvernement est « une manière d’aller dans notre direction ». Rappelant à son tour qu’on est « le pays où l’on passe le plus de temps à la retraite – 27 ans ».

    Il conclut son intervention en rebondissant sur les déclarations d’Emmanuel Macron à l’OIT, affirmant que si le capitalisme est un système « qui a beaucoup de défauts » et qu’il faut « réformer », c’est aussi un modèle « qui a fait sortir de la pauvreté des centaines de millions de gens dans le monde ». Pour le président du Medef, le vrai sujet est « d’inventer un modèle de capitalisme européen et français, qui ne soit pas le capitalisme chinois, qui est un capitalisme d’Etat », et qui ne soit pas non plus « le capitalisme américain, qui est parfois très dur avec les gens ». Geoffroy Roux de Bézieux appelle donc le gouvernement à « faire plus appel au volontariat des entreprises et à leur sens de l’intérêt général ».

    >> Revoir l'émission