Dans les médias
Social
Retour au dossier

Geoffroy Roux de Bézieux sur BFMTV : « Coronavirus : il faut réagir vite et fort »

Geoffroy Roux de Bézieux au JDD : « Nous allons réexaminer notre présence dans tous les organismes paritaires »

    Geoffroy Roux de Bézieux, était l’invité de Jean-Jacques Bourdin sur BFMTV vendredi. Il a réagi sur la réforme des retraites en dénonçant « deux ans de consultation qui n'ont servi à rien » et sur l’épidémie de coronavirus en appelant les chefs d’entreprise à prioriser la santé de leurs salariés.

    Sur le coronavirus qui inquiète une majorité de Français et qui a un fort impact négatif  sur notre économie, Geoffroy Roux de Bézieux a appelé à « réagir vite et fort ». Toutefois, pour  lui, « le message c'est pas de panique ». Geoffroy Roux de Bézieux a appelé les chefs d'entreprises à « respecter les consignes sanitaires et la santé des employés avant toute choses ». « C'est aux chefs d’entreprise de s’assurer que les mesures sont prises. » Il  a également rappelé les conséquences de cette crise sanitaire sur notre économie en réagissant notamment à l'annulation en chaîne des sorties scolaires et touristiques, qui provoquent une perte de « plus de 50% du chiffre d'affaires chez les autocaristes. »

    Par ailleurs, afin de soutenir les entreprises affaiblies par la propagation du coronavirus, Geoffroy Roux de Bézieux a détaillé les mesures annoncées par le gouvernement. « Le gouvernement et la BPI travaillent à un dispositif afin que la BPI se porte garante des créances des entreprises impactées », a-t-il précisé. Il a également plébiscité la mise en place du chômage partiel.

    Interrogé par ailleurs sur la réforme des retraites, Geoffroy Roux de Bézieux a réagi au 49-3, dénonçant surtout « les deux ans de concertation pour rien. Pendant deux ans on ne nous a rien montré, rien expliqué. »  Pour lui , la réforme  est «  trop ambitieuse, trop compliquée. Maintenant il faut essayer de la rendre acceptable et tenter de lui donner le moins de défaut possible. » «  On sait tous qu’il va falloir travailler plus longtemps » a-t-il rappelé.

    >> Revoir l’interview sur BFMTV