International -Europe

Sommet UE-Chine : échanges difficiles mais sans tabou

    Le président du Conseil et la présidente de la Commission ont échangé avec le Premier ministre Li Keqiang et le Président Xi Jinping le 22 juin. Même si le partenariat UE-Chine reste « vital », l’Europe veut le rééquilibrer. Elle réclame des résultats sur la réforme de l’OMC, l’accord d’investissement, la régulation des investissements étrangers ou encore la réciprocité dans l’ouverture des marchés publics.

    L'Union européenne et la Chine ont tenu leur 22e sommet bilatéral le 22 juin dernier, par vidéoconférence. Le président du Conseil européen, Charles Michel, et la présidente de la Commission européenne, Ursula von der Leyen, accompagnés du haut représentant, Josep Borrell, ont tenu la réunion au sommet avec le Premier ministre chinois, Li Keqiang, avant de procéder à un échange de vues avec le président chinois, Xi Jinping.

    L'UE a rappelé à cette occasion les engagements pris lors du sommet UE-Chine de 2019 et a insisté sur la nécessité que ces engagements soient mis en œuvre. L'UE a également fortement insisté sur la nécessité de faire progresser les négociations sur un accord global d'investissement qui assure des règles du jeu équitables.

    L'UE a aussi rappelé qu'il était d'urgent que la Chine prenne part aux négociations futures sur les subventions industrielles dans le cadre de l'OMC et qu'elle s'attaque à la surcapacité qui caractérise certains secteurs traditionnels tels que l'acier ainsi que des domaines de pointe.

    Le sommet a par ailleurs été l'occasion de discuter de l'importance du secteur numérique pour l'economie mondiale l'UE soulignant la nécessité que le développement de nouvelles technologies s'accompagne du respect des droits fondamentaux et de la protection des données.

    Sur le changement climatique, l'Europe attend de la Chine qu'elle s'engage à agir de manière  ambitieuse sur son territoire afin de réduire les émissions à court terme et qu'elle fixe un objectif de neutralité climatique le plus tôt possible.

    Face à la pandémie de COVID-19, l'UE a souligné que les responsabilités sont partagées dans la participation aux efforts à l'échelle mondiale pour arrêter la propagation du virus, stimuler la recherche dans le domaine des traitements et des vaccins, et soutenir une relance mondiale verte et inclusive.
     
     >> Consulter les Nouvelles de Bruxelles